Source: Le Vif Le confinement imposé dans le cadre de… View Article



Source: Le Vif

Le confinement imposé dans le cadre de la crise sanitaire actuelle a exacerbé, plus que jamais, la dépendance aux outils numériques pour maintenir notre accès à l’éducation, au travail et aux autres aspects de la vie sociale. S’il y a alors une forme d’inégalités que le confinement a amplifiée, c’est celle que l’on nomme communément la “fracture numérique”. Cette métaphore simpliste désigne en réalité diverses inégalités liées à l’accès aux outils numériques et aux manières de les utiliser : une question sociale complexe à laquelle il n’y a pas de réponse toute faite.

Cette crise a, en particulier, révélé l’actualité d’un aspect de la “fracture” que l’on croit souvent (quasi) résolu dans une société où le numérique est omniprésent : l’accès à ces outils n’est pas encore garanti dans de nombreux foyers. Pour pallier ce “problème”, divers pouvoirs publics et associations privées ont lancé d’urgence des initiatives de distribution de matériel informatique reconditionné à destination des familles aux enfants en âge scolaire ou d’autres publics prioritaires comme les seniors ou les bénéficiaires du CPAS par exemple.

Ces réponses ponctuelles centrées sur l’accès au matériel sont un premier pas indispensable. Elles sont toutefois insuffisantes si elles ne sont pas accompagnées d’initiatives visant à garantir la qualité et la pérennité de cet accès, une problématique plus complexe qu’elle ne le laisse supposer. L’accès durable aux outils numériques dépasse en effet la simple possession de matériel; il touche aussi à la qualité des conditions d’accès ainsi qu’à l’entretien et à la maintenance de l’équipement informatique, induits notamment par l’obsolescence programmée.

Garantir un accès pérenne aux outils numériques aux personnes précarisées suppose donc – entre autres – la mise en place d’offres à moindre coût qui combinent la distribution de matériel à des mesures d’accompagnement à l’installation, à la maintenance et à l’usage autonome des services numériques. Ces initiatives innovantes existent déjà grâce au travail de longue haleine d’un secteur associatif actif en matière d’inclusion numérique. Elles n’attendent que des financements structurels pour être démultipliées à l’échelle des Régions et/ou des Communautés.